Accueil
J'ai participé
à un voyage

Destination de la semaine

Accueil Forums Voyages Destination de la semaine

5 sujets de 1 à 5 (sur un total de 5)
  • Auteur
    Messages
  • #30518
    Admin Groopiz
    Maître des clés

    Découvrez ici la destination de la semaine, celle que nous mettons en avant à travers un article.

    #30519
    Admin Groopiz
    Maître des clés

    1ère destination : l’Ethiopie – via LeParisien MAGAZINE

    Montagnes, désert et paysages lunaires… Ce pays de la corne d’Afrique regorge de trésors naturels et culturels. Bérengère, notre voyageuse, s’est aventurée au coeur de ce territoire riche d’une tradition millénaire.

    « Jai rarement vu une telle diversité de peuples et de paysages ! » s’émerveille Bérengère, tout juste rentrée de son second voyage en Ethiopie. Accompagnée d’un guide, elle a d’abord traversé les vallées, les hauts plateaux et les paysages arides du pays Afar, dans le nord-est. Sur le marché aux dromadaires du village de Sambate, elle a croisé les tribus Argobba, Kamise et Artuma. « Certaines ethnies utilisent du beurre mélangé avec de la terre ocre pour leurs coiffures. Et quand une jeune fille porte des pompons dans le dos, cela signifie qu’elle est promise à son fiancé. »

    Dans ce pays de 102 millions d’habitants, où cohabitent chrétiens (60 %) et musulmans (33 %), Bérengère a visité la ville sainte de Lalibela. Creusée dans la roche au XIIe siècle, elle abrite onze églises rupestres extraordinaires. « L’église Saint-Georges a été construite dans une fosse de 12 mètres de profondeur. Son architecture, en forme de croix grecque, date du XIIIe siècle. Ici, les prêtres chrétiens orthodoxes portent un turban blanc avec une couronne sur la tête lors des grandes célébrations. On plonge dans un autre temps. » Sur la route menant à Mekele (capitale de la région du Tigré), la Toulousaine a traversé des forêts d’eucalyptus et même des paysages de rizières. Dans les échoppes des villages, on lui a servi la fameuse injera, une crêpe à base de graines de teff, la céréale locale.

    La baroudeuse a surtout apprécié la cérémonie du café (appelé buna), dont l’Ethiopie est le pays d’origine : « Ils brûlent de l’encens et, pour parfumer le café, on trempe une herbe odorante, ça lui donne une saveur amère originale. » Son coup de coeur ? La forteresse musulmane de Harar (à l’est du pays), où Arthur Rimbaud a fini sa vie. « Harar est classée à l’Unesco : ses ruelles sinueuses aux murs en crépi vert ou rose, son marché aux forgerons et ses maisons coloniales assez cossues détonnent par rapport à la capitale Addis-Abeba, moins riche culturellement. »
    « Les couleurs des minigeysers sont surréalistes »

    Expédition à Dallol (région Afar, nord-est du pays). Dallol est un site géologique situé dans le désert du Danakil. « Il est proche de la frontière érythréenne. Même s’il n’y a pas de problèmes de sécurité, on doit être escorté par deux rangers pour s’y rendre. Pour eux, c’est un bon business ! » Bérengère a assisté au coucher du soleil sur le désert « blanc et cristallin » du Danakil. « Le sel au goût très iodé craquelle sous nos pas. Et dans les flaques d’eau se reflètent les caravanes de dromadaires chargés de cet or blanc. C’est magnifique ! » A Dallol (photo), sous une chaleur accablante, elle s’est aussi baladée au milieu de sources chaudes acides : « Ces mini-geysers sont jaunes, verts et bleus, c’est surréaliste. » Le soir, elle a dormi au campement de Hamdela. « Une toile posée sur quatre piquets et un réseau sanitaire inexistant… Plutôt rudimentaire ! »
    « On aurait dit une bête furieuse qui grondait au fond du cratère »

    Ascension du volcan Erta Ale (région Afar) Une fois installée au campement de Dodom, Bérengère est partie crapahuter sur le volcan Erta Ale (photo), au milieu du désert du Danakil. « C’était à la tombée de la nuit, pour fuir la chaleur », se souvient-elle. Il leur a fallu deux heures vingt pour gravir ce volcan resté actif. « De grosses bulles éclatent et tournent, telle une bête furieuse qui gronde au fond du cratère. C’est très impressionnant car il n’y a pas de barrière et on est vraiment tout proche. Un ami a même reçu une petite projection de lave ! » Après cette « folle nuit », la voyageuse a fait une halte au lac salé d’Afdera. « Je me suis baignée dans des sources chaudes. C’est exotique et ça détend ! »
    « Ces ethnies vivent à des années-lumière de nous »

    La vallée de l’Omo (région des Nations, Nationalités et Peuples du Sud, dans le sud-ouest du pays) Ce site préhistorique, où de nombreux fossiles, notamment humains, ont été découverts, offre des paysages « très secs et sans ombre, excepté sur les rives très verdoyantes du fleuve Omo, dont la couleur est marron-ocre ». Dassanech, Konso, Bana… Ici, les tribus semi-nomades se ravitaillent en eau à la rivière. « Ces ethnies vivent à des années-lumière de nous, même si certains commencent à avoir des portables. Et parmi les enfants qui vont à l’école, très peu accèdent aux études supérieures. » Dans le village de Gurra, Bérengère a assisté à la cérémonie du Ka’el, le Nouvel An de la tribu des Bodi (photo). « Pendant trois à six mois, les jeunes hommes se nourrissent de sang de vache et de lait pour grossir. Ensuite, le village procède à l’élection de celui qui a le plus gros ventre, c’est un signe de grande beauté pour eux. »

    • Cette réponse a été modifiée le il y a 3 années et 11 mois par Admin Groopiz.
    #31022
    Admin Groopiz
    Maître des clés

    2ème destination : les Pouilles Italiennes – via FranceTvInfo

    Voyage : les Pouilles italiennes, un fragile paradis bleu
    France2 vous fait voyager en Italie, l’un des 5 pays les plus visités au monde. Le pays attire de nombreux touristes seniors avec son climat, ses villes magnifiques, sa gastronomie succulente, et bien d’autres choses.
    Première escale dans les Pouilles, à Polignano a Mare.

    Quand elle était grecque, elle s’appelait Napolis, la nouvelle ville. La petite cité de Polignano a Mare a ensuite été tour à tour romaine, arabe puis même normande. Cela fait 25 siècles que du haut de sa falaise, la ville blanche domine l’Adriatique. Il est cinq heures. Comme chaque jour à l’aube, Domenico part au large. Il répète les mêmes gestes depuis 50 ans. Il est loin le temps des pêches miraculeuses. Polignano a longtemps été un simple village de pêcheurs. La petite cité des Pouilles est d’ailleurs tout entière tournée vers la mer. Aujourd’hui encore, au cœur de son dédale de ruelles, de placettes et d’églises, vestiges de sa splendeur, il y a toujours en toile de fond le bleu intense de l’Adriatique.

    Une cité bâtie sur des grottes

    L’amour, un enfant du pays a su l’exprimer. Pour cela, on a érigé une statue. En 1958, Domenico Modugno chantait Nel blu dipionto di blu, plus connue sous le titre de sa reprise en anglais, Volare, l’hymne à son village natal. Un succès dont les habitants de Polignano sont aujourd’hui fiers, autant que de leurs calanques aux eaux turquoise, cachées entre les falaises. C’est de l’une d’elles qu’un géologue local part inspecter les grottes marines au-dessus desquelles le village est construit. La grotte la plus spectaculaire est un véritable palais aquatique. Dans sa partie supérieure, elle abrite un restaurant de luxe, lieu magique, mais fragile. Depuis toujours, celles-ci servent aussi de plongeoirs naturels.
    À Polignano, on dirait que, comme dans la chanson, tout le monde ne rêve que de voler dans le bleu infini.

    • Cette réponse a été modifiée le il y a 3 années et 11 mois par Admin Groopiz.
    #31580
    Admin Groopiz
    Maître des clés

    Les destinations de la semaine : Voyage & Culture – via Magazine Avantages

    Visite de l’opéra de Vienne

    Si on ne devait voir qu’un seul opéra dans sa vie, ce serait à Vienne ! La renommée de la capitale européenne tient beaucoup à sa vie musicale : de nombreux compositeurs célèbres y ont vécu et créé des oeuvres majeures de leur répertoire. La ville abrite de nombreux théâtres et dispose aussi d’une offre très riche en la matière : l’opéra d’état de Vienne (Wiener Staatsoper) est l’un des plus prestigieux opéras du monde, l’offre est complétée par l’opéra populaire où sont également représentées des opérettes et des comédies musicales.

    Apprendre le tango à Buenos Aires

    La capitale argentine est la mère patrie du tango ! C’est dans cette ville qu’est née cet art à la fin du XIXe siècle. Désormais, il est profondément ancré dans l’ADN de la ville. Cafés, restaurants, établissements … on danse le tango partout à Buenos Aires, jusque dans les rues de la ville ! Dépaysement et ambiance caliente garantis !

    Pour les amateurs de musique classique à Prague

    Pour l’écrivain André Breton, Prague est « la capitale magique de l’Europe ». Pas étonnant tant la culture musicale insuffle un véritable plus à la ville. Plébiscitée par les amoureux de musique classique, Prague a accueilli de nombreux artistes tel Mozart, Dvorak … et su conserver un certain enchantement d’antan.

    Découvrir la danse classique à Milan

    C’est l’un des spectacles vivants qui fait le plus rêver. Et pour cause : quelle petite fille ne s’est pas imaginée en petit rat de l’Opéra, captivant les spectateurs par sa grâce et son talent ? Et la danse classique captive aussi les plus grands ! Au même titre que le Palais Garnier à Paris, le théâtre de la Scala, à Milan, est une institution sans égale pour apprécier la splendeur de la danse classique !
    Savourer le théâtre à Londres

    Stars d’Hollywood foulant les planches, pièces cultes, belles découvertes et gros succès … Pas étonnant que les voyageurs de Booking.com aient élue la capitale britannique meilleure destination pour les pièces de théâtre !

    #33778
    Admin Groopiz
    Maître des clés

    Comment s’assurer d’avoir le meilleur prix lorsqu’on voyage? – via le Huffington Post

    Si l’on prend le temps de bien faire ses recherches sur internet, de comparer les prix, et qu’on fait preuve de créativité tout en étant un peu malin, il est parfois possible d’économiser beaucoup d’argent sur ses prochains billets d’avion.

    D’abord : la flexibilité

    Des outils de recherche sur internet tels que Google Flights, Tripadvisor, Liligo ou Kayak offrent la possibilité de comparer les prix des vols en temps réel, sur toutes les compagnies. Ces sites vous indiqueront s’il est plus avantageux de décoller ou d’atterrir d’un autre aéroport ou encore, si de déplacer votre voyage d’une journée ou deux est plus économique. Ces options peuvent vous faire épargner, il suffit de vérifier et de calculer, en faisant notamment appel au tableau des prix.

    Aussi, vous pouvez économiser plusieurs centaines d’euros en partant d’un aéroport voisin (pensez aussi à la Belgique et la Suisse). Toutefois, il faut inclure dans le calcul les frais de déplacement et de stationnement à l’aéroport afin de s’assurer que l’économie finale soit réelle.

    Voyager léger pour économiser

    Les compagnies aériennes ont commencé depuis quelques années à taxer des frais fixes aux voyageurs pour leurs bagages enregistrés. Ces frais varient entre 20 et 60€ par bagage et par vol !! Pour les voyageurs qui sont capables de voyager léger, surtout pour un séjour d’une semaine ou moins, pensez à limiter les valises afin d’épargner temps et argent? Sinon, surtout bien penser à enregistrer avant l’arrivée à l’aéroport, car sur place, c’est toujours plus cher qu’en ligne.

    Penser aux lignes aériennes alternatives

    Selon votre destination, vous pouvez aussi avoir de belles surprises en réservant directement sur le site d’une compagnie aérienne locale; par exemple, TAP (Portugal), Aeromexico (Mexique), Luftansa (Allemagne), Alitalia (Italie), Turkish Airways (Turquie), etc, qui offrent souvent des très prix très intéressants.

    Il vaut aussi souvent la peine de jeter un coup d’œil du côté des compagnies aériennes low-cost : EasyJet, Transavia ou Ryannair par exemple, mais il y en a de nombreuses autres, et cela vaut aussi pour vos voyages entre seniors. Ces compagnies vendent « directement » leurs billets d’avion aux consommateurs et ne font pas affaire avec les principaux sites de réservation en ligne. Il faut donc réserver directement sur leur site afin de profiter de leurs tarifs très bas.

    Utiliser les outils de comparaison de prix

    Des sites comme SkyScanner ou Kayak par exemple, vous permettent de comparer le prix d’un vol et/ou d’une chambre d’hôtel. Parfois, pour une même chambre, deux sites affichent des prix différents en raison de la différence d’inventaire. Il est donc suggéré de comparer avant d’acheter et de bien prendre son temps, car une fois réservé, vous ne pourrez plus annuler…

    Aussi, plusieurs sites appartenant au géant Expedia (Hotels.com, Travelocity, etc.) acceptent de rembourser la différence si vous trouvez un meilleur prix après l’achat. Par contre, vous disposez d’un délai de 24 h pour en faire la demande.

    Eventuellement : s’abonner aux newsletter et aux réseaux sociaux

    Presque toutes les compagnies aériennes et chaînes d’hôtels ont une newsletter régulière, une page Facebook ou un fil Twitter voire Instagram. En s’abonnant et en demeurant à l’affût, on a accès à des codes promotionnels réservés aux abonnés. Expedia offre aussi un programme « prix secret réservé aux membres » pour tous ceux qui créent un compte (gratuit) sur Expedia. Ces rabais tournent habituellement autour de 10 %.

    En résumé, prenez le temps de faire quelques recherches, soyez un peu flexibles dans vos démarches, et vous pourrez économiser gros afin de se faire plus plaisir sur place… !

5 sujets de 1 à 5 (sur un total de 5)
  • Vous devez être connecté pour répondre à ce sujet.